Jan 09

Mac Mini

Lorsque j’ai fait le saut du côté d’Apple il y a près de 4 ans, j’ai pris la décision de remplacer tous mes PC un à un dans la maison. Après mon laptop, mon HTPC était le suivant sur la liste. Mon HTPC avait été monté de toute pièce dans un boîtier silencieux avec une fan silencieuse et des composantes des plus silencieuses.. malgré tout on l’entendait toujours beaucoup dans le salon lorsqu’il était ouvert. Avec un changement vers Apple, le choix du Mac Mini n’était pas vraiment un choix… Petit, silencieux, assez puissant pour les besoins, plusieurs connexions, etc. J’ai donc fait l’acquisition d’un Mac Mini 1.6 que j’ai connecté à ma Samsung 40″. Certains utilisent un connecteur DVI-HDMI, personnellement je préfère l’utilisation d’un câble VGA connecté nativement à la télé, la sortie audio étant numérique, j’utilise donc un câble optique pour le son (avec un adaptateur essentiel – voir image).  Le Mac Mini possède des connecteurs USB 2 et un connecteur FireWire ce qui me permet d’y connecter 3 disques de 500 gig et un disque de 2 TB facilement, ce qui donne pleinement d’espace pour mes fichier multimédias. Finalement, sa conception et son format en font une machine très silencieuse ce qui convient parfaitement à son utilisation de salon ;) Finalement, il ne faut pas oublier que le Mac Mini vient nativement avec un lecteur DVD et un récepteur InfraRouge (IR) qui lui permet d’être commandé par une télécommande Apple ou tout autre télécommande universelle. J’utilise personnellement une Harmony 679.

P.S. Il est également à noter que les dernières versions du Mac Mini semble avoir été pensées directement pour une utilisation de Media Center avec son connecteur HDMI natif.

Plex

Depuis 2005 maintenant que je suis à la recherche du média center qui répond parfaitement à mes besoins!  Et bien, depuis septembre, la dernière version de Plex installée sur mon Mac Mini est l’aboutissement de ma quête! En effet, après Windows Media Center, MediaPortal, SageTV, XMBC et Boxee sous Windows et MythTV sous Linux, Plex pour Mac, une déclinaison d’XBMC est LA solution qui répond à tous mes besoins. Mais quels sont ses besoins si particuliers qui font que je n’utilise pas Windows Media Center ou encore Boxee, les plus populaires de ces applications. En fait, ce sont de très bonnes applications mais dans le cas de la première, elle est sous Windows, donc dispendieuse, et la seconde est trop axée sur le partage de contenu et l’accès à des services comme Hulu et Netflixe qui sont disponibles principalement aux États-Unis. Je ne recherchais pas nécessairement un outil pour accéder à ces contenus mais plutôt pour gérer ma libraires de films et de série télé de façon efficace. Alors que Boxee et XBMC ont mis beaucoup d’emphase sur les “plugin“, Plex a développé un gestionnaire de librairie de médias très bien fait! En effet, avec Plex, il suffit de bien nommer ses films et séries télé, de spécifier à Plex le répertoire où ils sont conservé et ce dernier va se connecter à IMBD et theTVDB afin d’aller chercher les informations sur le média. Ainsi, il est possible de rapidement indexer une collection de plus de 400 films incluant, le titre, le poster du film et les acteurs! Même chose pour les séries télé, incluant même un extrait du thème de la série ;) et c’est GRATUIT!

Pour ceux qui sont moins familier avec un outil d’HTPC comme Plex, vous vous demandez peut-être pourquoi un tel logiciel plutôt que de simplement démarrer nos films ou séries télé à travers l’explorateur de fichiers. En fait, un tel logiciel permet, en plus de cataloguer les médias, de jouer plusieurs formats de fichier vidéo au sein de la même application, d’être activer par une télécommande universelle (harmony ou même la télécommande d’Apple), de débuter la lecture d’un média et de revenir au même endroit si on interrompt la lecture, de faire des recherches dans ses médias, de les classer par année, catégorie, vues et non vues, etc. Un autre point intéressant qui entoure Plex et sa communauté. Étant un logiciel “open source” gratuit, les développeurs autour de l’application sont très actifs et très efficaces lorsqu’on a besoin d’eux. De plus, il y a également une communauté francophone, ce qui permet de cataloguer nos films et séries francophone… je pense entre autre à OncleBen31.

Version 9

WOW! Depuis ma découverte de Plex, une des lacunes selon moi était lorsqu’on utilisait plus qu’un ordinateur pour accéder à notre vidéothèque. Simple de jouer les fichiers en installant plusieurs copies de Plex (une par ordinateur) et en plaçant les fichiers sur des lecteurs réseaux. Par contre impossible de profiter de la librairie et de ses avantages comme les vues/non vues ou redémarrer là où on était rendu dans le film…  Je cherchais donc à combler cette lacune par tous les moyens… des copies de la librairie de médias, des outils de synchronisation pour avoir une copie à jour de la librairie de médias sur chaque ordinateur, etc. Malheureusement, aucune chance et aucune solution n’était vraiment efficace. Je présume que je n’étais pas le seul à désirer faire un tel partage car la dernière version de Plex, publié en septembre dernier, nous offre une réécriture complète du système de librairie qui permet maintenant l’ajout d’une nouvelle fonctionnalité : le Plex Media Server. Cette fonctionnalité permet donc de partager des librairies Plex entre plusieurs installations de Plex sur un même réseau local!!! Dans mon cas, j’ai donc une installation de Plex sur mon Mac Mini connecté à ma Samsung 40″ et j’accède à cette même librairie à partir de mon Macbook lorsque je suis à mon bureau et désirer visionner un média qui se trouve sur mon Mac Mini. On peut même l’accéder à partir de son iPhone ou iPad maintenant… mais cela fera l’objet d’un prochain article.

Mon besoin est principalement centré sur ma vidéothèque, mais je me dois de mentionner également que Plex ne laisse pas sa place dans l’intégration de contenus externes comme Hulu, Netflixe et autres… Il s’intègre également très bien avec iTunes afin d’accéder à la librairie de musique de votre Apple et avec iPhoto afin de visionner vos photos sur votre télé. Je recommande donc fortement Plex à tout utilisateur de Mac qui se cherche un outil de catalogue et lecture de ses fichiers multimédias…

Sep 13

Depuis quelques temps, je jongle avec l’idée de me procurer un nouveau iMac 27″, mais je n’arrive pas à me convaincre que le dépenses en vaut le coup. En effet,  mon MacBook noir 2.2 avec 4 GIG de RAM ne présente aucun signe de fatigue malgré la présence des dernières versions des logiciels et de Mac OSX. Il est vrai que je ne suis pas un utilisateur très demandant outre le fait que j’aime avoir plusieurs applications ouvertes en même temps. Je ne fait pas de l’édition vidéo avancée, ni même de l’édition de photo avancée, je fais à peine un peu de PhotoShop. J’ai donc décidé de mettre sur la glace pour un an mon idée de remplacer mon MacBook et pris plutôt la décision d’y ajouter de l’espace écran.  Ayant déjà un écran 23 pouces sur mon bureau, combiné à l’écran 13 pouces du portable lui-même, j’avais accès à suffisamment d’espace écran pour mes besoins. Par contre, lorsqu’on aime les technologies et que l’on trouve sur Internet de nombreuses photos d’installations multi-moniteurs, cela donne le goût de s’équiper ainsi.

Il est facile d’installer plusieurs écrans sur un ordinateur de table, par contre cela est moins évident sur un portable. En effet, les portables ont une seule sortie d’écran et donc si on combine cela à l’écran du portable en soi, on peut avoir un maximum de deux écrans. Cela n’est plus vrai, depuis l’arrivé de produits utilisant la technologie DisplayLink. Cette technologie permet de connecter un écran à un ordinateur par un port USB grâce à un convertisseur de signal DVI (ou VGA) à USB.  Il semble y avoir plusieurs fabricants d’un tel produit, le plus connu étant Diammond. Comme cela semblait difficile par contre de recevoir des produits de Diammond au Canada et comme ils étaient un peu cher, j’ai jeté mon dévolu sur un produit de Monoprice.com. Le produit en soit est un convertisseur vidéo USB 2.0 à DVI pour un coût d’environ 50$.

Selon les données techniques du produit, il est possible de connecter jusqu’à 6 adaptateurs USB sur un même portable. Je me suis donc procuré deux de ces adaptateurs afin d’ajouter 2 écrans à mon installation.  Mon écran 23″ déjà en place étant un écran Acer avec entrées VGA, DVI et HDMI, modèle toujours en vente pour moins de 200$ chez Costco, je me suis procuré deux autres écrans identiques.

Performance :

Côté performance, après 3 semaines d’utilisation je suis toujours très satisfait. Je sens un léger ralentissement dans la fluidité du curseur de la souris mais sans plus. Les vidéos jouent très bien… évidemment ce n’est pas du BluRay mais c’est bien suffisant pour le commun des mortels. Il faut cependant prendre note que mon écran principal, soit celui du centre, est connecté à l’adapteur mini-dvi du MacBook alors que les deux autres sont connectés via les adapatateurs USB. De plus, un des deux écrans de plus est connecté directement dans un port USB du laptop alors que le second est connecté à l’aide d’un Hub USB. Petite note au sujet du vidéo, je dois avouer qu’il semble y avoir un lèger ralentissement du côté de l’écran connecté sur le HUB versus celui connecté directement dans un port USB du MacBook. Finalement, je n’ai rencontré aucune défaillance depuis l’installation, si ce n’est qu’une fois le curseur de la souris est resté quelques secondes représenté par un icône que j’avais dragué sur le bureau d’un des écrans USB. Sommes toutes je suis donc très satisfait de mon installation jusqu’à présent… c’est moins sexy qu’un iMac mais cela va être très utile en attendant la mise à jour du MacBook.

Sep 03

Je dois d’abord avouer que je n’ai jamais été un grand utilisateur de l’Internet Mobile. En effet, entre la maison, le bureau, l’école ou autre j’ai presque toujours eu accès à un ordinateur, portable ou non, connecté à Internet et donc je n’ai pas souvent senti le besoin d’accéder à l’Internet Mobile. Lorsque j’ai commencé à avoir des BlackBerry, je n’ai pas plus adopté l’Internet Mobile compte tenu du fait que le navigateur RIM est tout simplement inutilisable (j’avoue ne pas avoir toujours eu des modèle BB très récent…). J’ai ensuite eu un iPod Touch et même un iPhone pendant un certain temps et c’est à ce moment que j’ai découvert la vrai valeur de l’Internet Mobile. La qualité de Safari sous iOS est impressionnante, on peut presque faire tout ce que l’on fait avec un navigateur Web sur un ordinateur. Me voilà maintenant avec un iPad! Quel bonheur… un écran de 9,7 pouces est tout aussi utilisable qu’un écran de 13 pouces de mon ordinateur portable.. le seul hic, le iPad est considéré comme un outil d’Internet Mobile!!!

Pourquoi le seul hic me direz-vous? et bien parce que les nouveaux sites Web, biens conçus, valide le navigateur du visiteur lorsqu’il se présente sur le site et si ce dernier se présente avec un navigateur Safari Mobile, comme sur le iPhone ou le iPad, alors ce dernier est redirigé vers la version mobile du site. Lorsqu’on navigue à partir d’un iPhone c’est parfait, par contre, à partir d’un iPad c’est beaucoup moins pertinent. Parfois c’est bien puisque la version mobile est moins lourde et donc plus rapide, mais parfois cela est irritant car ces versions mobiles affichent souvent beaucoup moins de fonctionnalités. Certains sites sont très bien fait et offre un lien vers la version complète du site, mais la majorité n’offre pas cette option et il est donc impossible d’accéder la version complète du site à partir de notre iPad. Il existe par contre une solution à ce problème : un navigateur autre que Safari Mobile, le navigateur défaut du iPad et iPhone (donc de iOS).  Suite à quelques recherches et quelques essais, j’ai finalement opté pour le navigateur Atomic .

L’avantage de ce navigateur réside (comme pour plusieurs autres navigateurs de tierces parties) dans les options qui sont offertes avec l’application. L’option principale que je recherchais dans mon cas pour adresser ma frustration des versions mobiles des sites Web est l’option “identify browser as” (identifier le navigateur comme…). Dans le cas d’Atomic, les options sont variées :

Afin de pouvoir visiter les versions Internet des sites Web, il suffit de choisir Safari Desktop ou encore Firefox et le tour est joué… plus de redirection non désirée!

Finalement, plusieurs autres options sont disponibles selon vos besoins telles que la navigation privé ;) , le multitouch, le plein écran, etc.

Jul 23

Je sais je sais, cela fait plus de 6 mois que j’ai écrit sur ce blogue, mais bon, plusieurs évènements de la vie ont fait en sorte que j’ai eu d’autres priorités familiales et professionnelles. Mais bon, me revoilà… la dernière fois, je vous faisait mention que j’avais revendu mon Hackintosh du fait de mon utilisation très limité de ce dernier. Je l’ai maintenant remplacé par un iPad que j’ai en ma possession depuis maintenant 2 mois. Voilà donc mes impressions sur cet appareil suite à ces deux mois d’utilisation. Vous avez sûrement déjà lu des tonnes d’évaluation depuis sa sortie mais voici tout de même quelques notes sur mon utilisation personnelle.

Premièrement, je dois dire qu’il n’est pas pratique dans les déplacements. Enfin, je précise ma pensée, il n’est pas pratique entre les destinations. En effet, lorsque je suis assis dans le train ou le métro, ça va, mais lorsque je marche entre la station et le bureau, ce n’est pas aussi pratique qu’un iPhone/iPod disons pour écouter la musique. Comme il est impossible de le glisser dans une poche, il faut toujours avoir un sac avec soi pour le transporter. Si on veut écouter de la musique en marchant, le iPad bien confortablement installé dans le sac, il faut alors des écouteurs avec un fil relativement long selon votre sac. Le fait de devoir avoir un sac avec soi en tout temps n’est pas toujours des plus pratique également selon votre destination. Par exemple, si je vais rejoindre un ami dans un restaurant pour la soirée, alors ce n’est pas nécessairement intéressant de traîner un sac avec moi. Donc côté portabilité, ce n’est pas l’idéal. Évidemment, toutes choses étant relatives, c’est quand même bien plus portable qu’un ordinateur portable, on s’entend…

Dans mon cas, son utilisation principale est au bureau. Je travail dans un environnement hautement sécurisé (secteur bancaire), mon poste de travail est relativement bien sécurisé et surtout désuet au niveau de plusieurs de nos logiciels : IE6, suite office 2002, etc. Le iPad est donc bien pratique pour toutes ces activités informatiques qui caractérises ma génération sans nous empêcher d’être performant au travail soit une multitude de comptes de courriel, les réseaux sociaux comme FaceBook, Twitter et autres, accès à un ordinateur distant, etc. et sans compter la possibilité d’accéder des sites qui ne supportent plus IE6. Il ne faut quand même pas oublié que ce navigateur à plus de 10 ans d’âge… Donc dans ce contexte, le iPad version 3G excelle à me permettre d’accéder ce monde virtuel sans devoir contourner les règles de sécurité de l’entreprise pour laquelle je travaille.

La force du iPad tant qu’à moi réside dans la taille de son écran et sa simplicité. Il aligne la simplicité que tous ont adoptée avec le iPhone combiné à un écran respectable pour la navigation et la productivité. Sur un iPhone, prendre le contrôle à distance d’un ordinateur à l’aide de VNC était plutôt ardue. Les presque 10 pouces d’écran du iPad permettent de naviguer aisément sur le bureau de l’ordinateur distant. La vitesse 3G me surprend également beaucoup lorsque je prends le contrôle d’un ordinateur à distance, c’est presqu’entièrement fluide. La grandeur de l’écran améliore également de beaucoup l’expérience multimédia, particulièrement la vidéo. Regarder un film sur l’iPad couché dans son lit est bien plus agréable qu’avec un macbook qui devient très chaud sur nos genoux ou dont le clavier est constamment dans notre champ de vision. Les capacités multimédia ouvrent également la porte à plusieurs applications intéressantes comme AirVideo, une application qui permet de diffuser en continu (streamer) des vidéos d’un ordinateur à votre iPad. Cette application fera l’objet d’un article prochainement.

En général, je crois que je préférais avoir un iPhone car il était plus portable même si l’écran est plus intéressant et a plus de potentiel de productivité sur le iPad car la portabilité du iPhone en fait un outil plus versatile. Je suis tout de même entièrement satisfait de mon iPad et tant et aussi longtemps que je travaillerai dans un environnement sécurisé et désuet pour lequel le iPad comble beaucoup de lacunes, environnement pour lequel également on me fournit un Blackberry sans Internet, connecté à Lotus Notes :( mais avec des minutes de cellulaire illimitées alors je conserverai le iPad. Peut-être qu’un iPhone avec un plan data uniquement pourrait également être intéressant mais bon, l’excellence de l’iPad 3G me convient très bien présentement.

Parlant de 3G, une petite note en terminant, les 5 gig du plan de Rogers, son amplement suffisant. À mes deux premiers mois, sans jamais me restreindre, sans accès WiFi au bureau (uniquement à la maison), je n’ai jamais dépasser le 1 gig de data!!!

Feb 04

Bonjour à tous,

Après près de 5 mois avec mon petit Dell netbook Hackintosh, j’ai décidé de le vendre. Finalement, mon utilisation de l’appareil était très limité alors je préférais en faire profiter quelqu’un d’autre et prendre l’argent pour éventuellement me procurer un iPad peut-être! En fait, à la maison, si j’ai besoin d’un ordinateur, j’utilise mon MacBook. Sur la route, encore une fois, si mon besoin était important je trimbalait mon MacBook et s’il était moindre, le IPhone était suffisant pour les courriel, les feeds RSS et la navigation de base. Le Hackintosh restait donc plus souvent qu’autrement sur le bureau à la maison.

Ce qui m’a surpris le plus par contre dans tout cela c’est l’intérêt que ce petit projet a généré jusqu’à la toute fin… en effet, cet hackintosh a été vendu en deux jours à fort prix. Près de 30 courriel d’intérêt dans les 5 premières heures de parution de l’annonce sur kijiji et presque tout l’intérêt portait autour de l’installation d’OSX sur la machine. L’acheteur était bien content de ne pas avoir à mettre à jour la mémoire lui-même et devoir bidouiller pour installer OSX.

Alors voilà, il y aura d’autres projets de ce type. En attendant, je vais faire un petit retour sur mes outils gratuits et pratiques que j’utilise sous OSX et continuer de vous en faire part.